Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique View larger

Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique

Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique (2014/4)

Joël Molinario
Le catéchisme : une histoire moderne tourmentée

Certaines représentations concernant le catéchisme ont la vie dure. Joël Molinario donne dans cet article une pers

More details

  • EAN : 9782873245078
  • Date de parution : 01-01-1970
  • ISBN : 978-2-87324-507-8
  • Dimensions : 240 × 160 mm

15,00 € tax incl.

Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique (2014/4)

Joël Molinario
Le catéchisme : une histoire moderne tourmentée

Certaines représentations concernant le catéchisme ont la vie dure. Joël Molinario donne dans cet article une perspective historique et théologique qui permet de les dépasser. Historique : le catéchisme, né en même temps que la modernité et dont la création fut liée à la création de l'école, est ensuite devenu un instrument de controverse face notamment aux protestants et aux idées modernes. Théologique : le catéchisme a cristallisé une concentration théologique et pastorale autour de l'Évangile considéré comme doctrine, du catéchisme considéré comme défense du dogme, de la Révélation considérée comme somme de vérités à croire. Le catéchisme fut alors compris comme l'aboutissement logique d'un processus d'intellectualisation de la foi, et même comme le vecteur presque exclusif de la transmission de la foi voire même de l'accès au salut. Même si l'imaginaire hérité de cette compréhension du catéchisme demeure, le concile Vatican II a été déterminant pour établir une distinction entre catéchèse et catéchisme. Distinction qui aboutit aujourd'hui, pour la catéchèse, à l'utilisation possible de deux documents distincts et complémentaires : le Directoire Général pour la catéchèse et le Catéchisme de l'Église catholique. La réception de ce dernier peut tendre ainsi à davantage de sérénité dans le contexte actuel de postmodernité.

Bogdan SKLODOWSKI
Le Catéchisme de l'Église Catholique entre deux directoires catéchétiques

L'auteur analyse dans cet article les rapports entre les deux directoires catéchétiques, le Directoire Catéchétique Général (DCG, 1971) et le Directoire Général de la Catéchèse (DGC, 1997) et entre ces deux directoires et le Catéchisme de l'Église catholique (CEC, 1992). L'auteur, soulignant que ces trois textes sont publiés dans la lignée du renouveau postconciliaire de la catéchèse, analyse en détail leurs liens respectifs dans toutes leurs interactions. En plus de leur lien « extérieur », le lien au concile, il met ainsi en valeur leurs liens « intérieurs ». Il ne s'agit pas simplement de citations réciproques, mais du fait, remarque l'auteur, qu'il n'y a pas rupture d'un texte à l'autre, mais évolution, chacun reconnaissant l'héritage du précédent. Le CEC, compris comme point de référence, encourage d'ailleurs une adaptation locale. Si, dans le contexte actuel en pleine mutation, la tension reste inévitable entre la fides qua et la fides quae, la recherche peut s'appuyer sur ces textes fondamentaux, conclut l'auteur.

Salvatore (Rino) FISICHELLA
Le catéchisme de l'Église catholique dans le processus de Nouvelle Évangélisation

Dans cet article, Mgr Fisichella justifie la publication du Catéchisme de l'Église catholique (CEC) par les interprétations trop partielles qui ont suivi le « catéchisme pour notre temps » (Paul VI) qu'est le Concile Vatican II. Ainsi, la synthèse harmonieuse et systématique donnant les raisons de croire qu'est le CEC reste étroitement liée à l'événement conciliaire. De plus, ce lien au concile fait du CEC un cadre de référence pour la catéchèse dans son rapport au processus d'évangélisation. Comme chaque texte catéchétique est lié à son époque, souligne l'auteur, le CEC correspond aux exigences de la catéchèse d'aujourd'hui et peut être utile à la Nouvelle Évangélisation. Il fait en effet l'unité entre l'acte de croire et les contenus de la foi dans un contexte où ces derniers, comme leur dimension ecclésiale, risquent d'être mis au second plan. Mais Mgr Fisichella insiste aussi sur l'importance de présenter l'acte de foi comme un acte personnel et sur l'importance d'un langage compréhensible et du témoignage en catéchèse. Enfin, en contexte de nouvelle évangélisation, le lien entre le CEC et le concile, ossature de son article, impliquent pour lui de privilégier le rôle missionnaire de la première annonce et de la catéchèse.

Marie-Anne VANNIER
Le catéchuménat, comme expression de l'organicité du contenu de la foi chez les Pères de l'Église

Pour Marie-Anne Vannier, les Pères de l'Église, s'ils ne parlaient pas explicitement d'organicité du contenu de la foi, en vivaient la réalité, c'est-à-dire la synergie des domaines non séparés alors de la liturgie, des sacrements, de la théologie, de la prière, de l'éthique. Si nous avons peu d'échos de cette réalité elle-même, les catéchèses des Pères en restent les témoins privilégiés, sans qu'elles aient perdu de leur force grâce justement à l'organicité du contenu de la foi qui s'y exprime et dans la manière même de l'exprimer. Cet article analyse trois exemples puisés dans le catéchuménat de l'Antiquité : la Démonstration de la prédication apostolique d'Irénée de Lyon, La Première Catéchèse d'Augustin, Les catéchèses baptismales de Cyrille de Jérusalem. Voilà trois manières différentes, mais convergentes dit Marie-Anne Vannier, de former les catéchumènes afin qu'ils entrent dans l'organicité du contenu de la foi. Sans oublier les catéchèses mystagogiques qui, selon elle, avaient le même but en usant d'une autre méthode. En finale est adressée au lecteur une invitation à redécouvrir à nouveaux frais cette dynamique qui anime les textes des Pères de l'Église.

Philippe MARXER
Modèle catéchuménal et Catéchisme de l'Église catholique

Philippe Marxer analyse dans cet article l'articulation nécessaire entre modèle catéchuménal et Catéchisme de l'Église catholique (CEC). Il revient ici sur l'expression « modèle catéchuménal », trop souvent réduite au respect de quelques critères (temps, rituel, étapes...) qui rendrait automatique la démarche catéchuménale. Il interprète celle-ci spirituellement comme une mise en mouvement : un mouvement de confiance, alliant acceptation et dépassement autant de la part des catéchumènes que des catéchistes. De plus, si l'enjeu est d'entrer en relation avec Dieu et de se situer ainsi devant l'essentiel de sa vie, il y a interaction entre la transmission qu'assurent l'accompagnateur et le désir du catéchumène d'accéder à l'acte de foi. Là se situe pour l'auteur l'articulation entre modèle catéchuménal et CEC, ce dernier étant une parole d'intelligence de la foi qui s'appuie sur l'expérience humaine de la foi. Le catéchuménat gagne donc à favoriser la dimension relationnelle et narrative de la foi, présente déjà dans le Nouveau Testament dont l'auteur explore quelques passages. Présentant la foi professée, célébrée et vécue, le CEC se révèle alors une aide précieuse puisqu'il permet à chacun de découvrir la présence de Dieu dans sa propre existence et ainsi de confesser Dieu de sa propre voix. C'est pourquoi l'auteur en appelle, en finale, en même temps qu'à une meilleure compréhension des étapes du Rituel de l'Initiation Chrétienne des Adultes, à ne pas se priver de l'appui du CEC dans l'accompagnement des catéchumènes.

Pierre-Olivier LÉCHOT
De la « fiance en Dieu » aux « devoirs de la religion ». À propos du Catéchisme de Jean-Frédéric Ostervald (1702)

L'auteur, dans cette analyse historique du Catéchisme d'Ostervald, permet au lecteur de mieux comprendre l'évolution de la catéchèse protestante au commencement des Lumières. Rappelant ce que furent le catéchisme et la pédagogie protestante du XVIe au XVIIe siècle, il analyse ensuite l'évolution de la réflexion protestante sur le lien entre morale et doctrine de la justification de la foi. Là se situe la réflexion d'Ostervald. Pour lui, les manuels en usage étaient trop vagues sur l'enseignement de l'éthique chrétienne. Il fallait aller vers une nouvelle catéchèse protestante qui conduise les chrétiens vers une pratique plus stricte de la religion, donc vers un nouveau catéchisme. L'auteur explique alors que la résistance à ce Catéchisme d'Ostervald fut révélatrice des changements qui s'opéraient alors et de la crainte de voir le Catéchisme de Heidelberg ne plus jouer son rôle de confession de foi normative. Analysant en détail la manière dont ce nouveau catéchisme rompait de fait avec la théologie protestante, il montre qu'un changement de paradigme s'opérait alors au sein de la catéchèse réformée. En finale, il se demande si l'insistance d'Ostervald sur la nécessité des « bonnes œuvres » au détriment de la vie intérieure n'a pas lui-même jouer sur l'image que l'on se fait des calvinistes comme parangons de vertu. Image qu'il ne faudrait donc plus faire remonter uniquement à Calvin lui-même.

Ouvrir le pdf

ISBN 978-2-87324-507-8
Hauteur 240
Largeur 160

Write a review

Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique

Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique

Expérience et intelligence de la foi. Le Catéchisme de l'Église Catholique (2014/4)

Joël Molinario
Le catéchisme : une histoire moderne tourmentée

Certaines représentations concernant le catéchisme ont la vie dure. Joël Molinario donne dans cet article une pers

other products in the same category