Accueil>Histoire de l'Église, Vie consacrée>La clôture des moniales

Informations et détails complémentaires

Date de parution : 22/11/1997
EAN : 9782930021171
ISBN : 978-2-930021-17-1
Nombre de pages : 100
Marque : Lessius
Dimensions : 135 × 210 mm
Poids : 305 g

La clôture des moniales

Trente ans d’expectative

Éditeur responsable : Sœur Colette FRIEDLANDER Le récent Synode sur la vie consacrée a attiré de nouveau l’attention sur la clôture des moniales, qui a fait l’objet de plusieurs vota. À cette occasion, il a paru bon de faire le point de la réflexion sur ce sujet, telle qu’elle s’est reflétée dans les pages de la revue Vie consacrée depuis une trentaine d’années. Comme le lecteur ne manquera pas de le remarquer, la plupart des textes que nous présentons ici ont été publiés entre 1967 et 1972, quand les espoirs d’un changement étaient les plus fondés. Mais la parution de Venite seorsum en 1969 et la promulagation du Code de droit canonique en 1983 ont maintenu pour tous les monastères de femmes «intégralement ordonnées à la contemplation» la clôture «papale» dont les entrées et sorties demeurent subordonnées à la permission de l’évèque diocésain. La question a rebondi au Synode de 1994 sur la vie consacrée, où le caractère discriminatoire de la législation de clôture ne manqua pas d’être souligné. Aussi, tout en affirmant la valeur et la signification de la clôture, l’assemblée demanda-t-elle une révision de Venite seorsum supprimant la tutelle épiscopale et permettant l’expression des différences entre les instituts. Mais alors que le Synode, dans la ligne de la grande tradition, envisage la clôture comme une institution ascétique synonyme de séparation du monde, de solitude et de silence, le tout en vue de la prière, Vita consecrata valorise directement l’enfermement en le qualifiant de participation à l’anéantissement du Christ et de manière de vivre la Pâque. Cette perspective est celle de la réclusion, laquelle a toujours été considérée comme une forme très particulière de vie monastique et contemplative. Au terme de ce survol, il convient de s’interroger sur les motifs de ce qu’il faut bien appeler l’immobilisme de la législation. Si elle est demeurée bloquée, il n’en va pas de même de la pratique ; là où les évêques se sont montrés ouverts, la manière de vivre la clôture a beaucoup évolué depuis trente ans, et ce fait en dit long sur les véritables désirs des moniales. La presse en parle «Il y a quelque chose de poignant dans ce volume.»Brigitte Bouillon (Collectanea cisterciensia. Revue de spiritualité monastique) «Sans être fermé ni incendiaire, ce livre a le mérite d’ouvrir la question avec sérénité…»  P. Gabriel, o.s.b. (Nouvelle revue théologique)

Partagez sur les réseaux sociaux

18,50 

4 en stock

Vous aimerez aussi

4